Manoir de Tronjoly

Le manoir de Tronjoly (1535), édifié par Christophe de Kergoët, d’une vieille famille bretonne citée en 1256. Christophe comptait parmi ses ancêtres Yves, médecin des ducs Jean IV et Jean V, évêque de Tréguier en 1401. La famille de Kergoët, branche cadette, semble-t-il, de la famille des vicomtes du Faou, était originaire du manoir de Kergoët en Dinéault (comté de Cornouailles). Le manoir de Tronjoly est formé d’un corps de logis flanqué de deux ailes latérales. Le grand salon a été lambrissé à la fin du XVIIème siècle. Le mobilier date du XVIIIème siècle. L’aile droite offre sur son portail, les armoiries en alliance d’Olivier de Kergoët et de sa femme Marie du Louet, seigneur et dame de Tronjoly en 1580. La famille de Kergoët de Tronjoly, connue depuis Guyon, époux vers 1380 de Marie de Kergozvien s’est fondue dans la famille Parcevaux par le mariage, en 1738, de Claude Marie de Parcevaux (sans doute fils de René de Parcevaux), sieur de Kerarméar avec Marguerite de Kergoët, fille de Louis (ou Olivier de Kergoët), sieur de Tronjoly, et de Gabrielle de Gouyon de la Palue. Claude-Marie de Parcevaux fut un grand marin (lieutenant de vaisseau sur le « Diamant » en 1747, capitaine en second sur le vaisseau « Alcide » en 1755, …). On mentionne Guyon de Kergoët, seigneur de Tronjoly, en 1481 : il était le fils de Jean de Kergoët (décédé vers 1480) et de Jeanne de Kergournadech, ainsi que l’époux de Marie de Kermellec, fille puînée de Tanguy et de Constance de La Villeménie (seigneur et dame de Coatroch, alias Bois de la Roche, en Commana). Le manoir est la propriété de la famille du Penhoat dès 1883.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 109 autres abonnés