Château de Kergrist

Le château de Kergrist est situé sur la commune de Ploubezre, dans le département des Côtes-d’Armor.

Toponymie

Le nom de Kergrist est issu du breton ker qui signifie « chez » ou « grande maison » et grist qui est une forme mutée du nom du Christ. Le château est donc la « maison du Christ ».

Armoiries

  • Le blason des Kergrist : trois tourteaux en chef et un en abyme, sur fond azur. Un croissant. Selon l’armorial de Potier de Courcy : D’or à quatre tourteaux de sable 3 et 1 , au croissant de même en abyme.
  • Le blason des Huon de Penanster, restaurateurs et actuels propriétaires du château. Huon :d’argent, à trois chevrons de gueules (rouge) ; à la face d’azur brochant sur le tout. Supports : un lion à dextre (droite) ; un aigle à senestre (gauche). Penanster : un chevron d’or, sur fond d’azur. Une rose des sables en chef, deux en abîme. Devise : « Fors Dieu nulle crainte »

Géographie

Le château est situé en Bretagne, dans la région historique du Trégor, le département des Côtes-d’Armor et la commune de Ploubezre. Le Léguer, l’un des cours d’eau à saumons les plus réputés de France, passe en contrebas du parc, avant de se jeter dans la Manche.

Il est positionné à 8 km de Lannion, à 45 km de Morlaix et à 72 km de Saint-Brieuc.

La route départementale 11 passe à proximité du château.

Histoire

  • Aux XVe et XVIe siècles : La construction du manoir débute au xve siècle, sur demande de Jehan de Kergrist et de sa femme Gilette le Cozic. C’est à l’époque un manoir typique de la Renaissance bretonne : une tour octogonale entourée de deux corps de logis principaux. Un passage voûté permettait d’accéder, de la cour intérieure nord, au potager clos situé au sud. Au xvie siècle, une seconde tour s’érige face à la première, dans des proportions plus importantes : la famille prospère.
  • Aux XVIIe et XVIIIe siècles : À cette époque, Marie de Kergrist, dernière descendante de la famille, épouse Jonathas de Kergariou : la demeure change alors de propriétaires. À l’est, une façade classique s’érige, un escalier à double volées droites mène à l’actuel jardin français. Le manoir devient château. Au sud, la façade s’inspire de sa voisine à l’est, mais dans une conception épurée.

Au xviiie siècle, les Barbier, marquis de Lescoët, prennent possession du château par alliance maritale avec les Kergariou. Mais ils doivent rapidement l’abandonner sous la Révolution Française (1792).

  • Au xixe siècle : Vendu en tant que bien national à la Révolution, le domaine est morcelé, vendu en trois parties et le château pillé.

En 1860, Charles et Julien Huon de Penanster récupèrent le domaine, que leur grand-père et leur père, Pierre et Michel Huon (notaires royaux), mandatés par les Barbier de Lescoët, avaient réunifié. Caroline, Grand-mère de Charles et Julien relève le nom Penanster à la demande de son oncle. Charles en obtient l’approbation par un décret du Garde des Sceaux, et un jugement du Tribunal Civil daté de 1864. Ils restaurent le château, ainsi que son parc, dans un esprit XVIIe. Ils vont privilégier l’achat de mobilier ancien, avec une forte prédilection pour le xviiie siècle. C’est ainsi qu’ils acquièrent les boiseries de l’abbaye de Beauport, située près de Paimpol, pour être en cohérence avec la date d’édification des façades. Charles achète également des toiles de maître (Rubens, Giordano), ainsi que des panneaux de bois d’époque Henri II (xvie siècle) avec lesquels il fait réaliser des meubles néo-Renaissance.

Les façades de ce monument font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques le 20 janvier 1926.

Architecture

Kergrist est un manoir typique de la Renaissance du Trégor, même si on a rajouté par la suite des façades XVII et XVIIIe.

Les anciennes écuries sont toujours visibles en face du château, bien qu’intégralement réaménagées en lieu d’habitation. À proximité, on observe encore les ruines de la chapelle Saint-Laurent.

Parc et Forêt

Jusqu’à la Révolution, les jardins étaient relativement sommaires, composés de prairies fleuries descendant vers le Léguer. Sous le Second Empire, les 4 hectares de jardin sont totalement réorganisés sous la houlette de Charles et de Claire Huon de Penanster, nouveaux acquéreurs du domaine. Ce passionné d’art paysager recompose l’ensemble des jardins en écho aux différentes façades. Au nord, les parterres s’accordent à la sobre façade Renaissance (XVe-XVIe). À l’est, le jardin à la française, inspiré d’un plan d’André Le Nôtre, s’affiche sur une terrasse bordée d’une balustrade de granit, pour répondre à la façade XVIIe. Enfin, au sud, un jardin à l’anglaise s’invite devant une façade de « style Louis XIV » conçue au xviiie siècle.
De nombreux arbres anciens, remontant parfois aux XVIIIe et XIXe siècles, ont été la proie de vents allant jusqu’à 180 km/h. Essorés puis déracinés, ils choient lors de la tempête de 1987.
Au xxe siècle, l’actuel propriétaire Régis Huon de Penanster réalise le Jardin des Roches dans un esprit désertique, en utilisant l’effet naturel de blocs de granit issus d’un filon naguère enterré.

Le château possède 4 hectares de parc, ainsi qu’une grande partie de la forêt et des terres alentour.

Advertisements

Un commentaire sur “Château de Kergrist”


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :