Château de Rosanbo

Le château de Rosanbo est un château situé sur la commune de Lanvellec, département des Côtes-d’Armor, en France. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 22 mars 1930.

Situation et étymologie

Le château de Rosanbo s’élève au-dessus de la vallée du . D’où l’origine de son nom qui signifie en breton : roz an Bo, promontoire ou coteau (roz) sur le Bô.

Histoire

Dans la même famille depuis le xive siècle, le premier bâtiment est un château fortifié sur un promontoire stratégique situé à 6 km de la baie de Saint-Michel-en-Grève pour interdire la remontée du Bô aux envahisseurs nordiques. Au xve siècle est construit un manoir gothique attenant au château.

La famille Le Peletier de Rosanbo naît du mariage de Geneviève de Coskaër de Rosanbo avec Louis Le Peletier en 1688.
Geneviève est la dernière héritère de la terre de Rosanbo, l’un des plus vastes domaines de Bretagne ; Louis est le fils de Claude Le Peletier, ancien prévôt des Marchands de Paris, successeur de Colbert au contrôle général des finances, ministre d’Etat de Louis XIV.
C’est l’union d’une noblesse bretonne de vieille souche et de l’aristocratie des parlementaires parisiens. Louis XIV autorise Louis à relever le nom de Rosanbo et à porter le titre de marquis.

Il deviendra premier président du Parlement de Paris.
Son petit fils Louis Le Peletier de Rosanbo épouse Marie Claire de Mesgrigny d’Aunay, petite fille du Maréchal de Vauban.

Leur fils, également prénommé Louis unit son destin à Antoinette de Lamoignon de Malesherbes, fille du ministre de Louis XVI puis défenseur de celui-ci lors de son procès révolutionnaire.

Le ménage Rosanbo sera guillotiné en 1794 dans la même charette que Malesherbes ainsi que leur fille Aline et son mari Jean-Batiste de Chateaubriand, frère ainé de l’écrivain.

Leur deuxième fille Louise, épousera Hervé de Tocqueville, parents du grand historien.

Leur fils Louis, rescapé de la guillotine du fait de son jeune âge, ne reviendra jamais au château de Rosanbo mais ses descendants oui et Alain, marquis de Rosanbo a ouvert le château au public en 1958.

Architecture

Le château de Rosanbo est composé de plusieurs corps de bâtiments construits du xve siècle au xixe siècle. Le château fort a été transformé en gentilhommière à partir de 1683.

Vaste quadrilatère aménagé sur six siècles et entouré d’un domaine, il constitue l’un des plus importants châteaux deBretagne. Un bâtiment est ajouté au xviie siècle afin d’esquisser une cour fermée. Celle-ci est achevée au xixe siècle. Au xviiie siècle, l’architecte Joubert crée de grandes fenêtres et des toits à la Mansart.

Les appartements intérieurs comprennent un salon xviiie siècle, une bibliothèque, une salle bretonne et les anciennes cuisines qui recréent l’atmosphère des pièces de service.

À travers les pièces sont évoquées les figures des membres illustres de la famille Rosanbo : Claude Le Peletier, successeur de Colbert, le Maréchal de Vauban, Malesherbes, Chateaubriand.

Le parc

Le parc, situé dans l’enclos primitif du xviiie siècle, fermé par deux porches d’entrée, a été redessiné par Achille Duchêne au début du xixe siècle. Il est construit autour de trois tapis de verdure et est ceint par des allées cavalières, elles-mêmes encadrées par des charmilles voutées remarquables s’étendant sur 2,5 km.

Les terrasses et leur statuaire, les jardins, le grand et le petit parc, le colombier ont été inscrits monument historique le 20 mars 1995.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :